Actualités

Cyclez une des pépites de la Vélotech

lecture
3 MIN
Charles Poretz

Extrait d'un article rédigé par Adrien Lelievre Journaliste aux journal Les Echos (Publié le 15 déc. 2020)

Véligo Location

Avec leur couleur bleu ciel, il est impossible de ne pas les remarquer sur les pistes cyclables et dans les cours d'immeuble. Près d'un an et demi après leur apparition, les vélos électriques de Véligo , le service de location longue durée d'Ile-de-France mobilités (IDFM), connaissent un grand succès populaire.

« On a enregistré plus de 20.000 souscriptions au total », se réjouit Valérie Pécresse, la présidente de la région. Un chiffre record pour un tel service dans le monde. « Le vélo électrique change les règles du jeu : il gomme les reliefs et facilite les déplacements sur de longues distances », vante l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur.

En échange d'un abonnement de 40 euros par mois, les Franciliens peuvent rouler sur un Véligo pendant un semestre. Après quoi, ils doivent le rendre. La région fait le pari que cette phase de test déclenchera un achat dans la foulée.

Trois nouveaux modèles

Forte de cette première expérience, Valérie Pécresse a dévoilé, ce mardi, l'arrivée de trois nouveaux modèles qui appartiennent à la famille des cargos : un triporteur, un biporteur et un vélo allongé. « Je voulais qu'on dispose d'une offre familiale », insiste la responsable politique. En plein boom, les vélos cargos permettent en effet de transporter plus facilement des enfants ou des sacs de courses. La location coûtera 80 euros par mois et sera d'une durée de trois mois au maximum.

Les réparateurs de vélos croulent sous la demande

Derrière le service proposé par Ile-de-France Mobilités, on retrouve quatre entreprises réunies au sein du consortium Fluow : La Poste et Transdev sont les plus connues, mais elles travaillent main dans la main avec les start-up Vélogik et Cyclez. « On coordonne l'activité de maintenance, aussi bien pour les opérations curatives que préventives » explique Vincent Monatte, le directeur général de Vélogik.

En cas de problème, les utilisateurs de Véligo peuvent faire appel à un technicien de la jeune pousse. « Tous les problèmes de sécurité, comme l'éclairage ou le freinage, sont pris en charge, à condition que ce ne soit pas lié à une dégradation volontaire, précise Vincent Monatte. Mais les clients peuvent aussi se rendre dans une cinquantaine de points de maintenance dans la région. »

Solution de tracking

Les modèles de Véligo sont équipés d'un carnet de bord virtuel qui simplifie le travail des équipes de Vélogik. « Il permet à nos techniciens de savoir quand les pièces ont été changées et d'effectuer si besoin des réparations par anticipation », poursuit Vincent Monatte.

Climat, santé : bienvenue dans l'ère du vélo

Promotion dans les entreprises

La start-up Cyclez s'assure, pour sa part, de la promotion de Véligo. « On crée des animations pour présenter le service dans les entreprises », détaille Charles Poretz, son fondateur. « On prête, par exemple, des vélos à dix salariés pendant une semaine afin qu'ils les testent  : le taux de conversion est très important », se réjouit-il, tout en rappelant que les entreprises qui souhaitent mettre leurs salariés en selle doivent « prendre en charge la moitié de l'abonnement ».

Après avoir connu une grosse accélération pendant la grève dans les transports publics en décembre 2019 et janvier 2020, Véligo a connu un nouveau pic lié à la crise sanitaire. « Dans beaucoup d'entreprises, on s'est demandé : comment éviter que tous les salariés ne reviennent au travail en voiture ? », relate Charles Poretz. Résultat : la liste d'attente des clients Véligo s'est allongée. Mais Valérie Pécresse se veut rassurante : « 5.000 vélos seront livrés d'ici au printemps 2021 ». De quoi donner du travail aux jeunes pousses tricolores de la « vélotech ».

Paru le
5/10/2020